Le Centre de Rééducation Fonctionnelle Saint-Vincent-de-Paul en quelques mots et chiffres.logo CRF BJ

Un établissement de santé privé d’intérêt collectif,

spécialisé dans la rééducation et la réadaptation fonctionnelle,

situé à Bourgoin-Jallieu en Isère,

comptant 50 lits en hospitalisation complète et 30 places en hospitalisation de jour ainsi que 82 salariés.


Le Centre de Rééducation Fonctionnelle Saint-Vincent-de-Paul et la Culture.

Tous les jours, le Centre de Rééducation Fonctionnelle de Bourgoin-Jallieu accueille des personnes se trouvant dans un état de vulnérabilité physique et psychologique majeure. Elles ont besoin d’aide pour les actes de la vie quotidienne (pour manger, boire, se laver – ce dont s’occupe prioritairement les soignants infirmiers et aides-soignants) et sont là pour ré-apprendre certains gestes ou apprendre à composer autrement grâce à des séances de kinésithérapie, d’ergothérapie, de sport adapté, d’orthophonie, de psychomotricité, de neuropsychologie. Tous les jours, les professionnels sont donc là, au chevet des personnes, pour les accompagner suite à cette grande tempête qui les a fait trébucher et parfois vaciller. Bien sûr, chacun – de manière transdisciplinaire – se trouve ici confronté aux grandes questions qu’elles se posent, sur leur vie désormais, sur la vie… avec des logiques d’espoir et de désespoir qui se côtoient de très près. Le rôle de l’environnement (familial comme professionnel), dans sa fonction contenante et symboligène, est alors particulièrement important.

CRF BJ image 1CRF BJ image 2

 
 
« Déplumée et les semelles en plomb, Je me sens incapable de m’élever. Qu’est ce-ce qui peut m’aider à sentir, aimer, vivre, dessiner de nouveau ? Qui peut me sauver ». - C. Meurisse

 

 

 

Dans cette perspective, l’établissement est porté par la profonde conviction que l’accès à la Culture, la possibilité de rencontrer des artistes, des projets, des idées, jouent un rôle important dans la vie des personnes qui vivent dans un centre de rééducation : en premier lieu les patients bien sûr, mais aussi leurs familles et les professionnels de l’établissement. Ces projets culturels sont des espaces intermédiaires aux frontières du soin qui contribuent à la qualité des liens interpersonnels et des dynamiques collectives, et constituent une force d’interrogation de l’identité de l’institution et des positionnements professionnels de chacun. Au quotidien, ils soutiennent la capacité de rêverie à un niveau institutionnel, capacités certainement particulièrement attaquées dans le quotidien auprès de personnes handicapées à la fois physiquement et cognitivement.

Ces projets culturels peuvent également être sources de tensions, de débats, de conflits, de questionnements. C’est d’ailleurs dans cette dialectique subtile entre expériences ressources et expériences déstabilisatrices, entre moments de déliaison et de liaison, que se trouve toute la richesse de ce dispositif qui, pour être suffisamment contenant, doit pouvoir supporter la contradiction, la différence, la complexité de l’être humain, l’incertitude, l’inattendu.

CRF BJ image 3CRF BJ image 4

 
 
« Aux Humains, il faut un au-delà de la réalité en plus ou un ailleurs, un au-dessus ou un au-dessous : le Sens […] les humains voient le monde en l’interprétant, en l’inventant. […] Notre imagination supplée à notre fragilité. Sans elle – sans l’imagination qui confère au réel un sens qu’il ne possède pas en lui-même – nous aurions déjà disparu ».  – Nancy Huston

 

 

Dès son ouverture en janvier 2013, persuadée que l’accès à la Culture peut optimiser et ajouter une plus-value à la prise en charge des patients mais également auprès de l’ensemble du personnel, des familles et des visiteurs, la direction du Centre de Rééducation Fonctionnelle de Bourgoin-Jallieu a souhaité inscrire un volet culturel au projet d’établissement. L'établissement est en effet attaché à l'idée que tous les patients, quel que soit leur handicap ou leur maladie, puissent continuer à bénéficier d'actions culturelles pendant leur temps d'hospitalisation. Cela contribue à garantir le rétablissement de la personne au niveau de sa citoyenneté, de le respecter avec dignité dans ses droits et soutenir une démarche de soin la plus humanisante possible.

Il existe au CRF Saint-Vincent-de Paul un collectif « Culture et Santé », composé actuellement de sept professionnels (éducatrice spécialisée, neuropsychologue, orthophoniste, kinés, cadre de santé). Il se réunit une fois tous les trois mois pendant une heure. C'est un espace ouvert où les professionnels qui sont intéressés par la démarche peuvent venir échanger sur les projets en cours, soumettre leurs avis et leurs propositions, discuter des propositions artistiques reçues... Les projets et leurs bilans sont présentés une fois par an au CODIR, en présence de la direction, des médecins, des cadres.

Deux professionnelles coordonnent les projets, dans un travail qui s’enrichit des qualités professionnelles, des différences et de la complémentarité de chacune. L’essentiel de leur activité tient au portage tout au long de l’année de ces projets, de leur ajustement avec les contraintes des uns et des autres pour qu’ils puissent avoir lieu.

Chaque année, le collectif construit des projets Culture et Santé autour d’un thème commun, colonne vertébrale à laquelle chacune des propositions artistiques est ensuite reliée. Souvent, ce thème surgit d’un échange entre collègues et il est ensuite proposé aux  partenaires culturels. C’est généralement la seule contrainte donnée, et l’équipe laisse ensuite les partenaires libres d’associer sur ce thème et de leur faire une proposition créative.

L’équipe privilégie des « cadres » de rencontres culturelles différents : auprès des patients (en chambre, en rééducation), de manière individuelle ou collective, auprès des soignants, des rééducateurs, … Elle est sensible à l’idée de projets intergénérationnels (adultes et enfants) mais aussi entre patients et professionnels.

L’établissement veille ainsi à proposer une offre culturelle diversifiée tout au long de l’année, tout en respectant les contraintes des patients et des professionnels (si possible temps hors rééducation, investissement des divers lieux de la rééducation : hall, plateau technique, étages, salles de restauration) : idée d’ouverture, de liberté : que chacun puisse se sentir libre de venir ou non, libres de créer, d’écouter, de regarder, de sentir, de participer, en étant tour à tour acteurs ou spectateurs

Depuis 2013, Le CRF Saint-Vincent de Paul à tissé des partenariats avec différentes structures : la Maison de la Danse de Lyon, le Musée de Bourgoin-Jallieu, le Théâtre Jean Vilar, la Biennale d’Art Contemporain, les Abattoirs (scène de musiques actuelles) et Jaspir Prod (Jeunesse Animation Spectacles pour Investir la Rue – Production et diffusion d’artistes au sein du territoire de St Jean de Bournay).

Cela a permis à des danseurs, des plasticiens, un écrivain, des photographes, des médiateurs culturels, des comédiens, des musiciens d’intervenir dans différents lieux de la rééducation. Les publics de la structure sont également allés à plusieurs reprises sur l’extérieur pour assister à des concerts ou spectacles en tant que spectateurs, mais aussi en tant qu’artistes lors d’une restitution où les enfants de l’hôpital de jour ont pu présenter leurs créations sur la scène d’une salle de musique.

Contacts :  Audrey Juteau, Psychologue clinicienne et coordinatrice Culture et Santé, Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Hélène Lavitola, Chargée de communication et coordinatrice Culture et santé, Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Pour en  savoir plus