« De [la culture], on ne sait presque rien, elle existe à peine, elle se glisse dans les interstices entre les êtres. On sait juste que sans elle nous serions terriblement seuls, emmurés dans nos enveloppes de chair, sans rêve et sans désir. »

D'où vient Angéla Küber ?, Bruno Descamps, Edition Ravet Anceau, Avril 2009, Page 77

 

peinture juliette

 © Juliette Pégon, artiste peintre, responsable culturelle
CH Sainte-Marie de Privas

 

Contraints, confinés, nous le sommes tous ! Pour le bien collectif, nous apprenons à faire et à être différemment, dans un espace délimité pour une durée indéterminée, forcés ainsi de nous adapter, de renouveler nos manières d’être à l’autre, d’inventer de nouvelles idées pour rester en lien avec tout ce qui pour nous fait humanité, à commencer par l’art et la culture.

Contraints, confinés, certains le sont encore davantage… Dans les établissements hospitaliers et médico-sociaux dans lesquels chacun à notre manière nous sommes habituellement acteurs, nous laissons des proches seuls et nos partenaires de santé batailler en ne pouvant que les soutenir de loin.

Contraints, confinés, rendus à la nécessaire renonciation des projets artistiques et culturels que nous avons construits avec engagement et force en se questionnant sur leur lendemain et en étant persuadés qu’ils pourraient faire du bien encore davantage aujourd’hui, et demain...

Alors comment continuer ?

« Le pessimisme est d’humeur ; l’optimisme est de volonté. »,

Emile-Auguste Chartier, dit Alain, Propos sur le Bonheur, 1928.

interSTICES ouvre et met à votre disposition sur son site une page COVID – Culture Online pour Vivre cet Interstice autrement, afin de partager avec vous quelques-unes des belles initiatives culturelles qui fleurissent sur la toile en cette période de confinement.

 

 

 

flecheDécouvrez le court métrage "Ce n'est pas rien", donnant à voir et à comprendre le sensible de la démarche portée par interSTICES et le dispositif Culture et Santé Auvergne-Rhône-Alpes.